• MÉDICAMENTS ET CONTROVERSES III

    Les lettres de soutien des médecins au Pr Even et Debré

    LaNutrition.fr publie les lettres de médecins qui soutiennent le Pr Philippe Even après sa condamnation lundi 17 mars 2014 (avec le Pr Debré) à un an d'interdiction d'exercer la médecine, dont six mois avec sursis, pour la publication du Guide des 4000 médicaments. LaNutrition.fr s'associe pleinement à cette démarche.

    Les lettres de soutien des médecins au Pr Even et Debré     LaNutrition.fr - Mardi 08 Avril 2014

     L'inquiétante condamnation par le Conseil de l'ordre des médecins de Paris de deux médecins qui sont engagés dans une démarche d'information du public suscite l'émotion de plusieurs de leurs confrères. LaNutrition.fr a décidé de relayer leur message et donner également dans un entretien exclusif, au Pr Even, plus combatif que jamais

     

    20 médecins s'insurgent contre une sanction qui porte atteinte à la liberté d'expression et disent leur admiration pour le combat de Philippe Even.

    Nous sommes scandalisés par la décision du Conseil régional de l’Ordre des Médecins de suspendre d’exercice  Philippe Even, coauteur du Guide des 4000 médicaments utiles, inutiles ou dangereux  au motif qu’il s’agirait « une opération commerciale et non-confraternelle, allant à l’encontre des données acquises de la science et susceptibles d’inquiéter les malades ». Nous regrettons une sanction portant atteinte à la liberté d’expression, sous le couvert d’une confraternité trop souvent caution de la loi du silence. Nous voulons témoigner de notre estime pour Philippe Even, de notre confiance en son intégrité, son désintéressement, la qualité et le courage de ses analyses. Co-auteur de plusieurs ouvrages de médecine et de physiologie anglo-saxons, il a aussi traduit ou écrit plusieurs livres visant à faire connaître au public français les relations parfois troubles entre certains médecins universitaires et l’industrie pharmaceutique.

    Nous voulons dire notre admiration pour la ténacité avec laquelle il mène depuis des années son combat de lanceur d’alerte, en ouvrant de nombreux et indispensables débats, sur des bases scientifiques et non sur des arguments d’autorité, pour une médecine plus efficace et plus sûre, au seul service des patients et de leurs médecins.

    Pr JM. ANDRIEU, cancérologue

    Pr EE. BAULIEU, endocrinologue, Acad. Sciences

    Pr C. BRECHOT, hépatologue, Directeur Général de l’Institut Pasteur,

    Pr JL. CASANOVA, généticien, Université Rockefeller, New-York et Université Paris Descartes,

    Dr J. CHASSIGNEUX, Médecine Interne, Paris

    Pr P. DEHEUVELS, statisticien, Université Paris 6, Acad. Sciences

    Ph. FOUCRAS, Formindep,

    Pr A. FISCHER, immunologiste et pédiatre, Acad. Sciences

    Dr I. FRACHON, pneumologue, CHU de Brest, "en hommage au relais courageux de Philippe Even pour dénoncer le crime du Mediator"

    Pr B. GUIRAUD-CHAUMEIL, neurologue, Ancien Président de la Conférence des Doyens des Facultés de Médecine

    Pr JJ. LEFRERE, Directeur de l’Institut National de Transfusion Sanguine

    Dr M. DE LORGERIL, cardiologue, CNRS, Grenoble

    Pr GM HALPERN, Université Polytechnique de Hong-Kong

    Pr D. MEYER, hématologiste, Acad. Sciences

    Pr Ph. MEYER, néphrologue, m.c. Acad. Sciences

    Dr Ph. NICOT, Formindep,

    O. POSTEL-VINAY, Ancien directeur de « La Recherche », directeur de la revue Books

    Pr M. RADMAN, biologiste cellulaire et moléculaire, Acad. Sciences

    Pr D. RAOULT, microbiologiste, ancien président de l’Université de Marseille

    Pr JC. WEILL, immunologiste, Acad. Sciences

     

    Lettre du Dr Danielle Azuelos, membre de la Société française de phlébologie, dénonçant une décision infondée et arbitraire

    Cher Professeur Even,

    J'ai lu avec une grande curiosité les deux ouvrages que vous avez co-écrits avec le Professeur Debré, "Le guide des 4000 médicaments, utiles, inutiles ou dangereux" et "La vérité sur le cholestérol".

    J'exerce la médecine depuis 25 ans, je ne me suis jamais installée parce que ma curiosité et ma liberté sont indissociables ; j'ai expérimenté de nombreux modes d'exercice sous diverses latitudes : médecine d'urgence, médecine générale, ville, campagne, montagne, Dom-Tom, réanimation, rapatriements sanitaires, médecine vasculaire, explorations et imagerie vasculaire, PMI, crèches, centres médicaux, dispensaires, cliniques, hôpitaux de l'AP-HP (20 ans), rédaction médicale etc...

    Vous avez dix longueurs d'avance sur la médecine telle qu'elle se transmet et se pratique en France.

    Vos réflexions sont non seulement pertinentes, mais elles devraient nous inviter à développer davantage l'esprit critique qui fait cruellement défaut au sein du monde hospitalo-universitaire et davantage encore en médecine libérale où les charges asphyxiantes d'une médecine discount (22 euros la consultation !) laissent peu de place à la réflexion et à l'esprit d'analyse.

    Combien de médecins ont eu la curiosité de s'interroger sur les effets pharmacologiques du Médiator qu'ils prescrivaient complaisamment à la demande de patients aussi crédules et ignorants qu'eux ?

    J'ai vu les seuils du cholestérol sanguin total considérés (par les labos) comme "normaux" s'abaisser progressivement depuis la fin des années 80 jusqu'au début des années 2000, de 2,60 g/l puis 2,50, 2,20, pour passer au-dessous des 2g/l.

    J'ai vu et je continue de voir un nombre croissant de patients traités par statines pour une soi-disant hypercholestérolémie, adressés pour bilan d'athérome !

    La majorité des écho-Doppler cervico-encéphaliques de ces patients supposés traités pour une hypercholestérolémie isolée (selon les normes actuelles) ne montrent aucune lésion d'athérome des TSA.

    Vos ouvrages sont salutaires.

    D'ailleurs, quand ils sont parus, je me suis dit, "enfin, des esprits libres qui mettent leur érudition au service d'un questionnement sur les prescriptions médicamenteuses".

    En dehors des antibiotiques et des vaccinations, combien de médicaments agissent sur la ou les causes des maladies ?

    La plupart des médicaments sont symptomatiques.

    La chirurgie a progressé plus vite que les thérapeutiques médicamenteuses. Les techniques chirurgicales se sont perfectionnées pour atteindre une précision d'orfèvre, de plus en plus minimalistes quant aux voies d'abord, plus respectueuses de l'intégrité fonctionnelle et esthétique du corps humain.

    Le milieu médical est très conservateur.

    Il y aurait beaucoup à dire sur le besoin de reconnaissance qui sous-tend chaque prescription.

    Il faut beaucoup plus d'humilité pour s'abstenir de prescrire et reconnaître que nous ne savons rien.

    Aujourd'hui, les patients n'hésitent pas à demander à leur médecin de leur prescrire un IRM du cerveau, un scanner du thorax, de l'abdomen, des radios, des échographies, des écho-Doppler, pour un pet de travers.

    La sémiologie n'est pratiquement plus utilisée en médecine clinique. Il est plus facile et rapide de prescrire un examen d'imagerie ou de labo.

    J'ai le sentiment que nous ne cherchons pas dans la bonne direction et que nous faisons fausse route.

    L'immensité des connaissances qui nous manquent pour comprendre les maladies inflammatoires chroniques, les maladies immunitaires et toutes ces maladies traitées depuis plus de 30 ans avec les mêmes thérapeutiques inefficaces...

    La médecine en laquelle je crois est celle qui, sans préjugé ni à priori, prend le temps d'observer, d'écouter, de relever les détails, les signes, de les analyser, de les comparer, de les recenser dans une immense base de données.

    Au lieu de quoi, le malade est étiqueté et casé dans un diagnostic douteux et dirigé vers un traitement non spécifique alors même que personne ne sait vraiment ce qu'il a et que tous les médecins regardent dans la même et unique direction, celle de leur prédécesseur. Chacun reproduit ce qu'il a vu faire et dit ce qu'il a entendu dire. Les médecins sont aussi obéissants que les patients.

    La médecine progresserait bien plus vite si nous disposions d'une immense base de données commune à toutes les spécialités.

    Les découvertes prometteuses sur l'interaction entre le biotope intestinal et le système immunitaire, entre le biotope et le génome humain etc. sont devant nous.

    La décision du Conseil de l'Ordre est infondée et arbitraire.

    Au milieu du tumulte, nous dit Pythagore, apprends à faire silence.

    Que ton esprit en paix écoute et absorbe.

    Avec tous mes remerciements,

    Cordialement,

    Danielle AZUELOS

    La pétition en faveur des Pr Debré et Even

    « MÉDICAMENTS ET CONTROVERSES IILA CELLULITE »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :