• LA FATIGUE

    LA FATIGUELa fatigue peut se résumer comme étant une baisse d’activité d’un système vivant à cause d'un fonctionnement excessif de ce système et cesse dès son inactivation:

    Cellule, tissu, organe, organisme entier

    Si l’un où plusieurs de ces systèmes vivants sont activés d’une manière importante et sans relâche, il résultera une  fatigue dite récurrente voir pathologique.

     

    Types de fatigues

     

    La fatigue musculaire

    Tout effort musculaire provoque une diminution des réserves énergétiques musculaires contractiles, et une augmentation d’acidose.

    Cette hypoxie favorise naturellement le stress oxydatif, (que l’on peut prévoir et contenir).

     

    La fatigue nerveuse

    Suite à un travail mental, survient une baisse de fonctions:

    Mémoire, attention, vigilance.

    Et une augmentation de nervosité au niveau des organes sensoriels.

     

    La fatigue organique

    Elle survient en dehors d’excès et aboutit à des dysfonctionnements organiques:

    Endocriniens, neuro - musculaires, infectieux.

     

    La fatigue médicamenteuse

    Il suffit de lire les effets secondaires des médicaments dans le Vidal.

     

    La fatigue écologique

    Certainement de plus en plus importante par le biais de notre style de vie qui conduit au stress pathogène.

     

    La fatigue subjective

    Sensations perçues à tout moment, sans raisons apparentes.

    Cette fatigue accompagne très souvent le SYNDROME DE LA FATIGUE CHRONIQUE.

     

    3 classes de fatigues

    • La fatigue quotidienne, normale, fatigue du soir
    • La fatigue récurrente, on parle d’asthénie
    • La fatigue ou asthénie pathologique

    LA FATIGUE

     Tableau EquilibreSante®

     

    Face à une fatigue de classe B, on doit impérativement rééquilibrer son alimentation, et recourir à une complémentation avec nutriments antioxydants.

    La classe C demande en plus une prise médicamenteuse, dont il faudra tenir compte pour la prise d’antioxydants et pour favoriser l’élimination.

     

    Energie

    I. Rappels

    Les transformations biochimiques d’un organisme utilise  naturellement de l’énergie, (donc des nutriments):

    Croissance, grossesse, adaptation au stress…

    Le cerveau est l’organe le plus vorace en nutriments.

    II. Les déficits nutritionnels entraînent :

    - Baisse d’énergies physique, psychique

    - Troubles du sommeil

    - Baisse de la libido

    - Problèmes de peau, ongles, cheveux

    - Troubles hormonaux

    - Troubles de l’humeur…

    III. Les besoins

    Une bonne activité, qu’elle soit physique ou cérébrale, dépend en premier lieu de l’énergie «monopolisable» au niveau des cellules musculaires et nerveuses:

     Glucides, lipides, acides aminés

    Cette énergie dépend elle-même de cofacteurs enzymatiques.

    DE LA DIFFÉRENCE ENTRE 

     L’APPORT DE CARBURANT ET DE

     SON UTILISATION, RÉSULTE LA   

                    FATIGUE.       

    IV. Energie et stress

    Face au stress, l’organisme produit une dépense énergétique pour s’adapter, il est « dopé » et l’équilibre, (homéostasie),  revient.

     

    Stress et fatigue

    Hans selye  définit le stress comme étant un : « syndrome général d’adaptation ».

    Adaptation de l’organisme face à des situations d’agressions physiques et/ou psychiques qui deviennent les stresseurs.

    Lorsque le stress atteint la phase d’épuisement, cela signifie que le système sympathique s’épuise à cause d’un fonctionnement continu, et le système parasympathique devient hyperactif, ne pouvant plus assurer son fonctionnement de base dont la restauration d’énergie.

    Il n’y a plus d’homéostasie .

    Le stress déclenche des stimulations d’hormones, (CRH, adrénocorticotrophine), créant un état d’hyper vigilance et diminuant la sécrétion de mélatonine, (adrénaline), et de neurotransmetteurs, (noradrénaline), inhibant les fonctions de lymphocytes et des monocytes, d’où déficience immunitaire. Ces stimulations sont énergétivores et sont destructrices de nutriments, (Vitamine C).

    Le stress est toujours inflammatoire, provoquant la prolifération des radicaux libres, c’est pourquoi les surrénales libèrent toujours du cortisol.

    Il provoque la destruction du cuivre (anti – inflammatoire).

     

    La fibromyalgie

    Les symptômes ressemblent à ceux du syndrome de fatigue chronique et à la myofasciite à macrophages.

    Très certainement due, (entre autre), à un trouble de récupération du sommeil.

    LA FATIGUE

    Syndrome de fatigue chronique

    • La fatigue dure plus de 6 mois et ne disparaît pas au repos.
    • 4 critères parmi ces 8 sont au moins identifiés :

    - Maux de gorge

    - Douleurs musculaires

    - Céphalées intenses

    - Douleurs articulaires

    - Sensibilité des ganglions lymphatiques

    - Malaise après l’effort durant plus de 24 heures

    - Trouble de la mémoire

    - Trouble de la concentration

    • D’autres maux peuvent apparaître et disparaître :

    - Sensibilité à la lumière, à la température, aux bruits, aux odeurs, aux médicaments

    - Vertiges

    - Essoufflement

    - Irrégularité du rythme cardiaque

    - fourmillement des doigts

    - Anxiété

    -Irritabilité – Déprime – Variations pondérales – Problèmes du cycle – Baisse de la libido

    Le syndrome de fatigue chronique touche 80 % des femmes

    Le syndrome de la fatigue chronique et la fibromyalgie ont des symptômes identiques, et entrainent une baisse immunitaire.

    - Une différence réside dans le cadre d’un exercice physique :

    - Dans le cas d’une fibromyalgie, il ya amélioration

    Pour le SFC, il ya aggravation.

     

    Dépression ou fatigue?

    La dépression fatigue, et la fatigue peut entraîner une dépression.

    1- Lorsque l’on est en fatigue classe B, corriger son hygiène de vie pour éviter de passer en classe C, en grosse dépression.

    2- Si l’on est en état dépressif très avancé, corriger son hygiène de vie avec la prise en charge médicale.

    La fatigue écologique peut engendrer une grosse fatigue voir une dépression.

    - Recherche de la performance au quotidien dans son travail

    - Assumer les tâches familiales en plus de son travail

    - Les mauvais tours joués par la vie, (accident, deuil…)

    L’épuisement ou asthénie, qui résulte de cette fatigue écologique ne se traite pas de la même façon qu’une dépression.

    Une prise d’antidépresseurs dans le cadre d’une asthénie n’est pas fondé.

    Dans le cadre d’une dépression saisonnière, on aura recours à la luminothérapie ou aux vacances au soleil.

    Même dans le cas ou la dépression est avérée, la prise d’antidépresseurs peut - être évitée.

    La dépression peut - être la conséquence d’une maladie organique.

    Elle peut - être la cause d’une mauvaise hygiène de vie, (alimentation délétère, alcool, repos dans des endroits bruyants), qui se rajoute à la fatigue normale de la journée. Si au lieu d’agir sur ces dysfonctionnements, on abuse d’excitants et de substances chimiques pour ‘‘tenir le coup’’, la fatigue passe en phase d’épuisement, avec des phases d’hyperactivité, d’anxiété, de dépression.

    LA FATIGUE

    7 points pour différencier et fatigue et dépression

    Tableau du psychiatre Henry Cuche

     

    Prise en charge

    Une prise en charge en Psycho Energétique peut être un excellent recours dans ces différents cas. L’EFT permet d’éliminer les causes profondes liées à un comportement générant un dérèglement du système nerveux autonome.

    Il est important de contenir la fatigue sous le seuil de fatigue pathologique avec la prise de compléments alimentaires.

    Si on se situe dans la fatigue physiologique d'ordre physique, la prise occasionnelle de Physicostim® du Laboratoire ETNAS est un atout très intéressant, avec l'apport de nutriments indispensables au bon fonctionnement physiologique de l'organisme, associés à des plantes stimulantes. C'est également un excellent adaptogène.

    Si nous devons faire face à une fatigue nerveuse induite par un surcroît de travail intellectuel, Cerebrostim® est une réponse adéquate pour équilibrer et stimuler le système nerveux et cognitif.

    Dans le cas de fatigues récurrentes, si l'asthénie est importante on choisira Ceredox® du Laboratoire ETNAS qui rééquilibrera en douceur l'organisme. Pour faciliter le sommeil, Arofitom Mélisse® et Serenesium® sont de bons compléments. 

    Pour le troisième type de fatigue, il s'agira d'accompagner le traitement proposé par son médecin avec un complément alimentaire ne risquant pas d'épuiser d'avantage l'organisme. Ceredox®, Serenesium®, Arofitom Mélisse® peuvent être envisagés dans ce cas.

    LA FATIGUE

    Dans tous les cas, une complémentation avec OPC® est indispensable pour répondre au stress oxydatif engendré par la fatigue, surtout dans les fatigues récurrentes et pathologiques.

     

     

    « OMEGA-3 CHEZ LES ENFANTSVITAMINE K ET SANTE DES FEMMES »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :