• L'ASTAXANTHINE POUR VOTRE SANTE

    L'ASTAXANTHINEL’astaxanthine  est à la base de la chaîne alimentaire, fabriquée par les algues et plancton. C’est la principale   nourriture des petits crustacés, (crevettes...), eux-mêmes alimentant  les poissons, (saumons, truites...), qui à leur tout peuvent finir dans notre assiette pour notre plus grand bien. 

    L’ astaxanthine est un pigment appartenant à la famille des caroténoïdes présent dans les produits marins tels que saumon, cabillaud, maquereau, crabes, crevettes, homard, krill…leur donnant la couleur rose. Les flamants, et ibis rouges doivent leurs couleurs à leur nourriture constituée de petites crevettes.

    Comme les autres caroténoïdes, l’astaxanthine possède des propriétés antioxydantes  puissantes, piégeant les radicaux libres.

    L’action protectrice de l’astaxanthine contre la  péroxydation des acides gras est cependant 50 fois plus importante que les autres caroténoïdes, béta-carotène, zéaxanthine.

    Il est donc important de veiller à apporter régulièrement   cette molécule à travers son alimentation, en quantité suffisante selon son statut et son âge, comme nous le verrons par la suite.

    Bénéfices de l’astaxanthine sur la santé

    L’astaxanthine traverse la barrière hémato-rétinienne, protégeant la rétine des  attaques radicalaires induites par les radiations du soleil qui occasionnent des lésions, et protège les photorécepteurs de la dégénérescence.

    Cette protection face aux agressions des UVB du soleil se matérialise aussi au niveau de la peau, l’astaxanthine jouant ainsi un rôle important face au vieillissement cutané.

    L’astaxanthine est un atout précieux pour combattre l’inflammation chronique  et  ses dommages comme les maladies d’Alzheimer, Parkinson, les diabètes, AVC… Dans les problèmes de surpoids, l’effet de l’astaxanthine  sur l’inflammation généralisée paraît  être un atout à prendre en compte.

    L’astaxanthine est un allié de poids pour les sportifs, favorisant la protection face aux radicaux libres produits pendant l’effort, permettant ainsi une meilleure endurance ainsi qu’une meilleure récupération, et diminuant de surcroît les risques de blessures.

    Des études sur le rat ont démontré l’activité de l’astaxanthine sur l’ulcère de l’estomac. D’autres études  montrent que l’astaxanthine  stimule la production d’anticorps, favorisant ainsi la réponse immunitaire.

    L’astaxanthine  aurait également  des bénéfices sur la santé du cœur, en protégeant le cholestérol- LDL de l’oxydation induite,  tout en augmentant le cholestérol HDL, (dit bon    cholestérol).  De plus l’inflammation supposée être responsable des maladies cardio-coronariennes  étant également réduite.

    Astaxanthine et alimentation

    Nous constatons une fois de plus que la nature est très bien faite en nous offrant les réponses à nos besoins et à nos maux divers.

    Face à la surmédicamentation en réponse des phénomènes inflammatoires et dégénératifs de plus en plus nombreux, nous pouvons réfléchir sur la qualité de nos assiettes et compter sur la complémentation alimentaire si nécessaire!

    L’astaxanthine est naturellement apportée par l’alimentation à partir des  crustacés, (crevettes, crabes…) et poissons, (saumon,  maquereau,  cabillaud...). La concentration en astaxanthine est cependant plus importante chez les poissons sauvages. Par comparaison, un apport journalier de 4 mg    d’astaxanthine, représente 100 G de saumon sauvage et 400 G de saumon d’élevage.

    Dans certains cas une complémentation en astaxanthine pourra se faire avec la prise de capsules d’huile de krill, ces fabuleuses petites crevettes des eaux froides, qui de plus renferment des oméga 3, (EPA DHA), protégés eux-mêmes de l’oxydation lipidique par l’astaxanthine. Les phospholipides que possède l’huile de krill favorisent le transport de ces acides gras et leur intégration au niveau cellulaire, ils nourrissent également la sphère cérébrale.

    Un complément alimentaire renfermant une concentration en astaxanthine que je recommande.

     

     Références :

    Tso M.O. et al., Method of retarding and ameliorating central nervous system and eye damage, US patent #5527533, Board of trustees of the University of Illinois, United States of America, 1996.

    Jyonouchi H. et al., Studies of immunomodulating actions of carotenoids. II. Astaxanthin enhances in vitro antibodies production to T-dependent antigens without facilitating polyclonal B-cell activation, Nutr. Cancer, 1993, 19(3): 269-280.

    Jyonuchi H. et al., Immunomodulating actions of carotenoids: enhancement of in vivo and in vitro antibody production to T-dependent antigens, Nutr. Cancer, 1994, 21 (1) : 47-58.

    Jyonuchi H. et al., Studies of immunomodulating actions of carotenoids. I. Effects of beta-carotene and astaxanthine on murine lymphocyte functions and cell surface marker expression in in vitro culture system, Nutr. Cancer, 1991, 16 (2): 93-105.

    Bennedsen M. et al., Treatment of H. pylori infected mice with antioxidant astaxanthin reduces gastric inflammation, bacterial load and modulates cytokine release by splenocytes, Immunol. Lett., 1999, 70, 185-189.

     

    >>>Chers lecteurs, je vous remercie d’avoir lu cet article et je vous invite à le partager et à me laisser un commentaire ci-dessous. Quelques mots suffisent.<<<

     

    L'ASTAXANTHINE

     

     

     

    « LE THELES INTOLERANCES ALIMENTAIRES »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :